Publication des Actes du colloque en hommage à Jean-Luc Fiches

Dans 18 jours
  • Date de début :
    2 juin 2021, 8 h 00 min
  • Date de fin :
    30 juin 2021, 18 h 00 min

Voies, réseaux, paysages en Gaule
Actes du colloque en hommage à Jean-Luc Fiches (Pont-du-Gard, juin 2016) Textes réunis par Claude Raynaud

REVUE ARCHÉOLOGIQUE DE NARBONNAISE, SUPPLÉMENT 49, Prix : 40 euros.

Éditions de l’Association de la Revue archéologique de Narbonnaise Montpellier 2021

L es 34 contributions réunies dans ce volume traduisent la teneur du colloque tenu en juin 2016 sur le site du Pont du Gard. Dédiée à la mémoire de Jean-Luc Fiches, disparu en 2012, la manifestation entendait réunir les chercheurs les plus avancés dans l’analyse des dynamiques routières dans les Gaules et les régions voisines, de la Protohistoire jusqu’aux temps modernes. Techniques d’édification, insertion dans les paysages, contribution à la construction des territoires, réseaux et hiérarchies, lieux d’accueil, transmissions et transformations, autant d’angles d’approche qui ont été abordés, certains classiques, d’autres plus novateurs, l’ensemble soulignant les avancées considérables des travaux réalisés au cours des dernières décennies, notamment sous l’impulsion des études pionnières de J.-L. Fiches. Tant en contexte d’archéologie préventive que dans le cadre
de la recherche programmée, les données n’ont cessé de se multiplier et imposaient ce large tour d’horizon des matériaux nouveaux et des approches inédites. Cette somme considérable livre donc l’indispensable complément du volume sur « les ponts routiers en Gaule romaine», publié en 2011 dans la même collection. Tout en revenant sur la part majeure de l’Empire de Rome dans la mondialisation du bassin méditerranéen, plusieurs contributions éclairent la part héritée des temps antérieurs, longtemps restée dans l’ombre et sous-estimée de ce fait. De même, héritages et transformations mettent l’accent sur des dynamiques propres aux temps médiévaux et modernes, les études montrant les temporalités longues des axes de circulation. En retour, «la voie romaine» échappe à son statut de monument intemporel et entre dans de nouvelles thématiques sur la
construction des paysages, le développement régional ou encore la hiérarchisation des pôles de peuplement. Elle gagne ainsi en intelligibilité et prolonge la portée des analyses. *
Le colloque du Pont du Gard et la publication du présent volume ont été coordonnés par Claude Raynaud (CNRS, UMR 5140, Université Montpellier III). Cette entreprise a bénéficié du soutien de l’établissement du Pont du Gard, du ministère de la Culture et de la Communication, de l’Institut national de recherches archéologiques préventives, des éditions de la Revue Archéologique de Narbonnaise et du Labex ARCHIMEDE.

2101 Sommaire+intro

Hommage J-L Fiches